L'association loi 1901                                                                  
L'Ecole de Yoga et de Méditation

Bindu nr 29Article paru dans Bindu n° 13

Plein d'oxygène pendant
nadi shodana

 

Etude pilote de Per Lange, médecin spécialiste des médecines internes


Souvent en faisant Nadi Shodana (la respiration alternée) ou autres exercices avec rétention de souffle il semble que le besoin de respirer disparaisse. C'est comme si vous pouviez retenir le souffle indéfiniment. Quand cela m'arrive, je me demande plutôt avec angoisse combien de temps on peut retenir le souffle sans créer un manque d'oxygène préjudiciable. La façon la plus sûre de répondre à cette question c'est de mesurer le taux d'oxygène dans les artères pendant la rétention et c'est ce que nous avons fait.

Lors de l'automne 1998 j'ai mené une série de tests intéressants à l'hôpital Karolinska de Stockholm. L'un d'eux fut appliqué pendant Nadi Shodana c'est ce que décrit cet article.

Le sujet d'expérience était un homme, la quarantaine, de stature normale ayant expérimenté les exercices de respiration de yoga depuis 20 ans. Pendant les tests il fit 5 séries de respirations alternées soit inspiration, rétention de souffle, expiration sur le mode de 1:4:2. C'est à dire 10 respirations en 15 minutes, ceci est relativement lent (une personne au repos a 16 respirations par minute).

Si vous voulez mesurer le sang qui alimente le cerveau et autres organes un échantillon de sang ordinaire venant de la veine ne fera pas l'affaire. Il faut avoir accès au sang d'une artère qui transporte le sang aux organes du corps, le sang qui vient d'être oxydé en passant à travers les poumons. Un anesthésiste plaça un fin cathéter de plastic dans l'artère radiale du bras gauche du sujet, et de cette artère il prit plusieurs échantillons de sang pendant tout le temps qu'il pratiqua Nadi Shodana.

Resultat

On a pris des échantillons de sang régulièrement pendant toute la période de Nadi Shodana et un moment après. Avant l'exercice de respiration le pourcentage d'oxygène dans le sang était de 97%, taux normal au repos. Pendant l'expérience, le taux le plus bas était de 88%, taux d'oxygène rassurant.

A la fin de l'examen le taux d'oxygène remontait à 97% en quelques secondes.

Par comparaison, on pourrait dire que dans divers examens médicaux le taux d'oxygène du sang sur des sujets en bonne santé a été abaissé jusque 75% sans effets secondaires négatifs.

Pendant le test on a aussi mesuré le taux du dioxyde de carbone et le pH montrant les mêmes changements prononcés ainsi que le rapide retour à la normale.

Conclusion

Même un exercice de Nadi Shodana fait très lentement ne cause pas un manque d'oxygène ni même un taux proche du seuil critique en ce qui concerne le taux d'oxygène de dioxyde de carbone ou la valeur du PH.

La raison physiologique expliquant l' accroissement de la clarté et de l'énergie n' est pas encore connue.

D'autres tests pendant la rétention du souffle où on a effectué une série d'images du cerveau grâce à un MRC (camera par résonance magnétique) indiquent une considérable activation du cerveau. D'abord dans les zones du cerveau ayant une certaine tâche , puis quand la rétention est répétée cela s'étend à tout le cerveau. J'espère revenir sur ces points dans un futur article quand on aura effectué davantage de tests.

SPO2 : Le pourcentage d'oxygène est normalement de 90-98%. Chez les sujets le taux d'oxygène tombe à 88% au minimum équivalent au taux relevé chez les sportifs au maximum de leur performance.

pCO2 : Il y avait une réelle augmentation du taux de dioxyde de carbone dans le sang pendant l'exercice qui se normalise rapidement après. C'est l'augmentation du dioxyde de carbone qui donne l'impression d'avoir besoin de plus d'air.

pH : La valeur du pH (mesure d'acidité) descend pendant l'exercice d'une moyenne de 7,4 à une moyenne légèrement en dessous 7,26 au minimum Il est remonté rapidement à la normale après l'exercice.

Validate html 4.01Validate CSS

Get Firefox